TO NAVIGATION

Kuujjuaraapik

CPE Saqliavik

Saqliavik-PIK-Logo

Saqliavik – Endroit pour tenir un bébé sur ses genoux

C. P. 429
Kuujjuaraapik QC J0M 1G0
Téléphone : 819-929-3361
Fax : 819-929-3520
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Permis  
Nombre de places 40
Enfants (0 à 17 mois)  5
Enfants (18 à 59 mois) 35

Saqliavik-PIKLe CPE Saqliavik à Kuujjuaraapik

Kuujjuaraapik (1 210 habitants)

Kuujjuaraapik, que les francophones appellent aussi Poste-de-la-Baleine, les anglophones Great Whale River et les Cris Whapmagoostui, est un endroit habité depuis près de 2 900 ans. Blotties le long de la côte de la baie d’Hudson, les communautés inuite et crie adjacentes comptent un peu moins de 1 200 habitants. La région a été le théâtre de changements importants au cours des quelques dernières décennies, dont l’établissement de postes de traite dans les années 1820 et l’arrivée des missionnaires dans les années 1880 ainsi que la prestation de soins de santé et d’aide sociale dans la première moitié du 20e siècle. Les principales activités des Inuits de Kuujjuaraapik sont la chasse au caribou, au phoque et au béluga, la vente au détail, la production d’objets d’art et d’artisanat, le commerce de la fourrure et la distribution de produits pétroliers.

À Kuujjuaraapik, les services municipaux essentiels sont offerts par le village nordique, les services de soins de santé par le CLSC et les services de garde à l’enfance par le CPE Saqliavik. Ouvert en 1999, le CPE Saqliavik est l’un des développements les plus importants de la communauté. Louisa Fleming ainsi que les infirmières Doris MacDonald et Bella Forest ont joué un rôle de premier plan dans la mise sur pied de ce service de garde à l’enfance moderne.

CPE Saqliavik

On dit que le CPE Saqliavik aurait débuté dans la maison blanche où Doris MacDonald et Bella Forest aidaient les enfants souffrant d’anémie. Les mères et leurs enfants allaient régulièrement rendre visite à ces deux femmes pour discuter de questions relatives à la nutrition telles que comment augmenter l’apport en fer dans l’alimentation des enfants. En fait, un programme de nutrition a finalement été conçu dans la communauté afin d’aider à combattre l’anémie. Une formation a été offerte aux résidents qui voulaient apprendre à cuisiner santé. Plus tard, Doris et Bella ont participé aux premières discussions concernant la création d’un CPE à Kuujjuaraapik.

Dans les années 1990, des réunions ont eu lieu afin de déterminer les besoins en services de garde à l’enfance et les services qui pourraient être mis en place. Louisa Fleming a assisté à ces réunions et a encouragé la communauté à en faire de même. À plusieurs occasions, Louisa a fait la promotion de l’importance des services de garde à l’enfance sur les ondes de la radio FM locale, profitant de cette tribune pour rappeler à la communauté que les enfants représentent notre avenir et qu’ils ont besoin d’un endroit sécuritaire et sain pour grandir. Le projet de CPE s’est finalement concrétisé et la construction du bâtiment a commencé. Doris MacDonald et Bella Forest ont alors entrepris de recruter des personnes pour suivre une formation en éducation de la petite enfance. En fait, bon nombre des premières éducatrices du CPE Saqliavik étaient des mères qui avaient régulièrement rendu visite à Dora et à Bella à la maison blanche.

Formation en éducation de la petite enfance

En 1998, des formations en nutrition et en éducation de la petite enfance ont été offertes simultanément à la maison blanche. Une formation en éducation de la petite enfance a également été organisée par le cégep de Saint-Félicien. Certaines participantes ont fait observer que la formation était longue et détaillée, mais elles ont souligné qu’elles en comprenaient très bien les bienfaits. En effet, les éducatrices ont affirmé que la formation les avait aidées à devenir de meilleures mères, car elle leur avait permis de mieux comprendre les besoins de leurs enfants et qu’elle les avait bien préparées à accompagner leurs enfants à travers les divers stades de leur développement. Les enseignants dans les écoles ont, pour leur part, reconnu les bienfaits d’avoir des éducatrices formées pour travailler auprès des enfants d’âge préscolaire.

Louisa Fleming a toujours souligné que le CPE Saqliavik n’était pas censé « être seulement un endroit où l’on garde des enfants. [Les éducatrices] sont là pour veiller à l’apprentissage des enfants ». En fait, la formation offerte par le cégep de Saint-Félicien aide les éducatrices à préparer les enfants pour qu'ils commencent l’école du bon pied.

Saqliavik et la communauté

Certaines personnes ont tout de suite vu les bienfaits que pouvait avoir un CPE dans la communauté, alors que d’autres étaient plus réticentes à appuyer un tel établissement qui leur était peu familier. Certaines personnes considéraient que les services de garde à l’enfance incombaient à la communauté et que c’étaient les résidents qui devaient s’occuper de leurs enfants. À l’inverse, d’autres considéraient qu’un CPE était un service qui aidait les parents et les grands-parents qui cherchaient des façons d’offrir un meilleur encadrement à leurs enfants et petits-enfants. De nombreux parents ont mentionné que, avant l’ouverture du CPE Saqliavik, il leur était difficile de trouver de bonnes gardiennes et l’argent nécessaire pour les payer. Certains d’entre eux ont ressenti un grand soulagement lorsque le CPE a ouvert ses portes. Pour 7 $ par jour, les enfants ont un endroit sécuritaire, propre et sain où ils peuvent aller pendant que leurs parents vaquent à leurs activités quotidiennes. Grâce à la mise en place d’un tel service, les grands-parents peuvent passer plus de temps à des activités traditionnelles telles que la chasse, les parents peuvent intégrer le marché du travail et ainsi contribuer au revenu familial et les parents adolescents peuvent avoir la possibilité de terminer leurs études.

Le CPE Saqliavik a entraîné plusieurs effets positifs, notamment sur le plan de la nutrition. L’anémie était une grande source de préoccupation dans la communauté et des résidents ont reçu de la formation pour les aider à corriger la situation. Peu importe s’ils ont une mauvaise alimentation ou ont difficilement accès à des aliments nutritifs à la maison, les enfants qui fréquentent le CPE sont capables d’éviter ce problème de santé. Les enfants reçoivent trois repas par jour, et chaque repas contient les portions recommandées des divers groupes alimentaires. Bien qu’un grand nombre de membres de la communauté et de professionnels de la santé soient convaincus que l’attention portée à la nutrition dans les CPE a porté fruit, des recherches sont en cours pour le prouver.

Un autre effet positif du CPE Saqliavik a également été soulevé. Avant l’ouverture de Saqliavik, certains parents étaient obligés d’envoyer leurs enfants à de la parenté vivant dans d’autres communautés, car ils n’avaient pas les moyens de les nourrir. Grâce aux services de garde abordables offerts dans la communauté, il est maintenant possible pour ces familles de rester ensemble.

Enfin, le CPE Saqliavik aide à préparer les jeunes enfants à l’école. Il leur donne la possibilité de s’habituer à une routine, de se préparer à un milieu d’apprentissage structuré et de développer encore plus leurs compétences interpersonnelles que les enfants qui vont directement de la maison à la maternelle.

Saqliavik et la culture inuite

Il est important de noter que l’Administration régionale Kativik (ARK) a été un élément moteur de la création du CPE Saqliavik. Les lois et règlements qui devaient être suivis n’étaient pas nécessairement tous bien compris des résidents. Néanmoins, l’ARK a toujours fortement encouragé chaque CPE de la région à se développer et à fonctionner selon des objectifs établis localement et, plus précisément, à inclure les traditions et la culture inuites dans les services offerts. À cet égard, des repas traditionnels sont fréquemment servis au CPE Saqliavik, des vêtements traditionnels sont disponibles pour les poupées et des activités de danse et de chant guttural sont offertes.

La communauté de Kuujjuaraapik a pu compter sur Louisa Fleming et Louisa Cookie-Brown qui sont fréquemment venues au CPE Saqliavik pour raconter des histoires traditionnelles aux enfants et aux éducatrices. En fait, Louisa Fleming a constamment encouragé tous les aînés et les parents à jouer un rôle actif dans le CPE.

Saqliavik et l’avenir

À l’hiver 2011, la plupart des employées du CPE Saqliavik recevaient de la formation en éducation de la petite enfance offerte, encore une fois, par le cégep de Saint-Félicien. Cette nouvelle génération d’éducatrices formées devrait pouvoir offrir aux jeunes enfants des activités positives qui les aideront dans les premiers stades fort importants de leur développement intellectuel.

TO CONTENT HOME